Au coin du feu



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au coin du feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



avatar
✗Slytherin



✗ Ma maison c'est : Serpentard
✗ On dit de moi que : Je suis un glaçon incorruptible, un ennuyant petit potter, une vipere anodine selon spius
✗ Pour le moment je suis : célibataire et cest très bien comme ça. Tout le monde n'a pas envie d'avoir une liste de conquête grand comme un manuel de droit
✗ Je suis un : sang mêlé
✗ Et j'ai : Seize ans et toutes mes dents ' sbaf" aieug
✗ Actuellement je : lis un bouquin sur les potions en ecoutant spius raconter des aneries en cachant qu'il aime rose
✗ Mon double maléfique est : specialis revelio

MessageSujet: Au coin du feu   Mer 5 Oct - 6:00

Albus Severus Potter, Albus pour les amis, Bubus pour les intimes à savoir trois ou quatre personnes tout au plus. Donc ledit Bubus avait diner et était redescendus dans les sombres cachots de Poudlard. Il avait passé son tableau et s'était installé dans la salle commune devant un devoir d'histoire de la magie plutot difficile sur la guerre des gobelins. Crasbeur,Beurgram, tout des noms à coucher dehors, et après ils voulaient que les sorciers soient amis avec eux, mon oeil oui!Il savait de sourc sure que toute demande a un gobelin devait être payée à prix d'or, ils ne faisaient rien sans contrepartie. Il reposa sa plume et se prit la tête entre les mains, il n'en pouvait plus cette journée était interminable. Il était seul, oh pas seul dans la salle commune non, il y avait d'autres élèves mais non connus ou amis d' Albus, car il vous faut comprendre que le petiot a du mal à se lier d'amitié réellement. Entre ceux qui veulent devenir amis avec lui pour cotoyer scorpius malefoy, ceux qui veulent le connaitre pour approcher James Potter, ceux qui veulent de lui comme ami parce que son père est harry potter et enfin, ceux qui pensent qu'il faut etre ami avec lui puisqu'il est le prochain mage noir en puissance.Résultat, son cercle d'ami se composait de Scott, Scorpius, Fred et Rose, pas très reluisant et très étendu. Mais bon il fallait faire avec. heureusement pour lui,Scott et Spius étaient à Serpentard. S'ils ne les avaient pas appréciés au début, il en était tout autrement maintenant.Il soupira, Scottie était on ne sait ou et Spius était assurément encore en train de draguer ou même de conclure dans une salle de classe. Ce gamin ne pouvait donc pas se tenir plus de deux jours loin de la gent féminine. Albus secoua la tête excédé par ce devoir stupide qui lui prenait le chou depuis une heure. Il referma son bouquin et s'affala sur le canapé noir, prenant ses aises et décidé a au moins se reposer une heure avant de reprendre cette saleté de devoir crasbeurquien. Il balança sa cape la roula et s'en fit un coussin. Il ferma les yeux quelques instants, bercé par le bruit des murmures et des chuchotements des autres élèves il finit par s'assoupir, sombrant lentement dans le pays des songes. N'allez pas croire que l'histoire se termine ainsi, non les bubuseries sont largement plus étendues que ca. Un couloir sombre, un jeune homme en caleçon vert court à travers le couloir en entendant les moqueries croissantes d'un autres

Bubus allez reviens, je ne vais rien te faire, juste te changer en couleur rouge et or

Quel rêve stupide n'est ce pas? Pourtant ce genre de rêves arrivaient régulièrement quand il croisait James et sa petite cour pendant la journée, le soir il finissait toujours par avoir des reves stupides.

_________________
Membre éminent des Cerises Cannibales
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
✗Furet de compet albinos



✗ Ma maison c'est : Serpentard
✗ On dit de moi que : je suis populaire, agaçant, orgueilleux mais carrément génial \o/ (ça, c'est moi qui le dit).
✗ Pour le moment je suis : polygamie hebdomadaire. Pour plus de renseignements, rejoignez-moi dans la salle sur demande entre 21h et 0h.
✗ Je suis un : sang-pur. Ca ou autre chose, honnêtement..
✗ Et j'ai : seize ans.
✗ Actuellement je : vais postuler pour entrer dans l'équipe de Quidditch de Serpentard, avant d'aller raconter la soirée d'hier à Bubus 8D
✗ Mon double maléfique est : inexistant pour le moment.

MessageSujet: Re: Au coin du feu   Ven 7 Oct - 12:02




    Déjà, le soleil se couchait. Il traversait le ciel lentement, comme freiné par sa propre masse, et étalait derrière lui de longues trainées de lumière rosâtre, parsemées de nuages disloqués et de bouts de ciel bleu évanouis. Quelle heure pouvait-il bien être ? Rien ne permettait, à Poudlard, d'être au courant instantanément. À toute heure du jour ou de la nuit, une fraîcheur humide, semblable à celle des matins de printemps, envahissait les lieux; c'était d'ailleurs la même histoire à l'extérieur, du moins pendant les saisons chaudes. Cependant, l'hiver approchait à grands pas et, ayant passé plusieurs heures à l'extérieur, le jeune homme constatait aisément l'écart de température entre les deux lieux : cinq ou six degrés, très facilement, et l'épais manteau dont il était vêtu durant son excursion n'allait pas en faveur de l'objectivité de son estimation. Ses gants non plus, pas plus que son écharpe, ni même... Portant une main désormais nue à son cou, Scorpius eut un sursaut d'étonnement : il avait déjà oublié à qui il avait laissé son écharpe. Une dizaine de minutes plus tôt, occupé à d'autres choses du côté des tribunes des poufsouffle, le blondinet avait abandonné la jeune fille avec laquelle il s'entretenait, prétextant un cours élémentaire pour regagner au plus vite ses cachots, dans lesquels il était certain de retrouver son meilleur ami. Gentleman attitude oblige, il n'avait pas eu le courage de la planter-là sans lot de consolation et s'était vu forcé de lui laisser un espoir, une relique du passage de Saint Scorpius dans sa vie.

    Hormis sa grandeur d'âme, il était certain que l'ingéniosité dont il faisait preuve pour cerner à peu près l'emploi du temps d'Albus était une qualité notable du serpentard : à l'heure même où il descendait vers les cachots, l'héritier des Potter devait être en train d'entamer sa digestion dans la salle commune, confortablement calé sur le sofa principal avec un livre à la main. En un mot, dans une situation potteresque, aisément qualifiable de pathétique. Scorpius avait effectivement la catégorisation facile, et tout ce qui avait attrait à la littérature ou aux langues ne signifiait pour lui pas grand chose; s'il s'était agi d'un livre sur le quidditch, ou sur un sujet moins abstrait que "le chant des oiseaux" il y aurait peut-être eu, un jour, une chance qu'il s'intéresse à la lecture. Mais ce moment de grâce interplanétaire tardait à arriver, et il fallait pendant ce temps continuer à mépriser Albus et ses activités d'"intellos", comme il était habitué à le faire depuis près de deux ans.

    Ainsi, en entrant dans le repère des "vert et argent" pour la toute première fois de la journée, une moue mêlée de déception et d'ironie se peint approximativement sur le visage du sorcier, un regard empreint de pitié dirigé vers son plus fidèle condisciple, avachi, endormi, la bouche ouverte et quelques grondements sonores s'échappant de ses lèvres mi-closes:

    -" 'Bus, à trois, tu vas te réveiller. Trois !"

    Un sourire franc imprimé sur le visage, le blond envoya son coude valdinguer dans les côtes du petit brun assoupi, probablement peu surpris par la rudesse de son réveil. Lorsqu'il fut à peu près certain d'être écouté, Scorpius, soudainement absorbé par son reflet dans un miroir, tenta de raconter -brièvement, et, expressément demandé par Albus, sans détails- sa journée.

    -"Tu n'as vraiment rien de mieux à faire que... Et puis, après tout, c'est pas mon problème. Quand tu es parti après le déjeuner, je suis allé en botanique avec Sarah - j'ai un rendez-vous avec elle demain, il me semble, parce qu'en sortant de la serre elle m'a embrassé, alors on... Enfin, passons. Parce que la partie la plus intéressante, c'était cet après-midi ! Avec Alice, on est allés à côté du terrain de quidditch, juste derrière le..."

    Et ainsi de suite, 'till the very end. Ou...

    " Et toi, le mollusque des archives, quoi de neuf ? Je parie que tu n'as même pas mis le nez dehors !"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
✗Slytherin



✗ Ma maison c'est : Serpentard
✗ On dit de moi que : Je suis un glaçon incorruptible, un ennuyant petit potter, une vipere anodine selon spius
✗ Pour le moment je suis : célibataire et cest très bien comme ça. Tout le monde n'a pas envie d'avoir une liste de conquête grand comme un manuel de droit
✗ Je suis un : sang mêlé
✗ Et j'ai : Seize ans et toutes mes dents ' sbaf" aieug
✗ Actuellement je : lis un bouquin sur les potions en ecoutant spius raconter des aneries en cachant qu'il aime rose
✗ Mon double maléfique est : specialis revelio

MessageSujet: Re: Au coin du feu   Dim 23 Oct - 7:06

-"
    Bus, à trois, tu vas te réveiller. Trois !" Et un coup de coude, rappelèrent le pauvre petit bubus du royaume des songes d'une manière très dure et sans aucune douceur de la part du traître scorpius malefoy. Albus grogna pour la forme il aurait sa revanche le lendemain matin quand lui serait levé aux aurores et qu'il devrait réveiller le blondinet décoloré. Il ne fallait pas croire, sous ses airs de gentils petit brun, il pouvait avoir des idées vicieuses et serpentardes par moment. Il se releva un peu groggy en regardant son meilleur ami s'admirer, son père aurait du l'appeler Narcisse cela lui aurait convenu à merveille par salazar. Par habitude et parce que de toute façon il n'y couperait pas il demanda à Scorpius comment s'était déroulée sa journée, il pourrait ainsi comater un moment avant que spius n'en arrive à l'après-midi ou généralement se passait la drague et autres bêtises du genre.

    -"Tu n'as vraiment rien de mieux à faire que... Albus fronça les sourcils à la mode potter, il semblait que lorsqu'il le faisait cela empêchait toute personne normalement constituée de le gonfler, il était alors aussi impressionnant que potter père lors de ses rares crises de colère.
    Et puis, après tout, c'est pas mon problème. Tout à fait il faisait ce qu'il voulait de son corps et cela incluait de se vautre dans un fauteuil la chemise déboutonnée et à la merci de tout prédateur possible na. Non mais des fois.Quand tu es parti après le déjeuner, je suis allé en botanique avec Sarah - j'ai un rendez-vous avec elle demain..; du spius tout craché, hier c'était melody, ou peut-être suzanne ou oriane, il ne savait plus il devrait regarder dans sa liste. Voui bubus tenait une liste, afin de ne jamais sortir avec une ex de spius et surtout pour que celui-ci soit sur de ne jamais sortir deux fois avec la même fille. Oui le blondinet était pathétique niveau relation mais bon bus en avait l'habitude. Oups ne pas s'égarer et reprendre le fil de la conversation.il me semble, parce qu'en sortant de la serre elle m'a embrassé, alors on... Enfin, passons.Merlin ce crétin était un lapin minute ou quoi? Lui avait-on parlé des maladies sexuellement transmissibles. Bus attrapa son carnet et nota: parler a scorpius des risques de contagion.
    Parce que la partie la plus intéressante, c'était cet après-midi ! Avec Alice, on est allés à côté du terrain de quidditch, juste derrière le..." OUlalala, il cocha une nouvelle case sur sa liste: parler a spius et lui dire de rester au moins une journée avec la même fille en défi. Parce qu 'il serait dur à convaincre. Il n'aurait jamais du lui parler de sirius black lors de leur première année pire dom juan de Poudlard depuis les années septante. Il était certain que spius s'était mis en tête de battre la réputation de sirius. Albus décrocha totalement de l'histoire de la journée du blondinet pour noter une nouvelle case sur sa liste: les dom juan c'est mal! le dire à spius.

    " Et toi, le mollusque des archives, quoi de neuf ? Je parie que tu n'as même pas mis le nez dehors !"

    Le mollusque t'emm..; Scorpius.Figure toi jeune et stupide padawan que justement je me suis promené la journée dans l'école je me suis battu avec mon frère et lui ai mis pour une fois un coup ce qui n'arrive quasiment jamais et je me suis attiré la sympathie de toutes les filles présentes avec des "ohh pauvre albus à quatre contre lui" ou des " il est si mignon et calme, ce james est une brute" ce que je considère comme une grosse victoire sur jamesie et ses jamesinettes. En me promenant la joue endolorie, j'ai rencontré une des plus jolies filles de Poudlard j'en suis sur, une jolie brune au yeux verts que je t'interdis de draguer ou je t'émascule mais horreur un bleu est déjà après elle, aussi ai-je décidé de faire la chasse aux bleus et je devais pour cela demander de l'aide à William. J'ai donc passé deux heures à la bibliothèque en compagnie de ce très beau jeune homme ce qui a encore fait jasé et donc mon fraternel est venu me trouver en me demandant si j'en étais. j'avoue que je n'ai pas saisi le sens de sa question. Tu comprends toi spius. Ca veut dire quoi en être? des serpentard, bien sur j'en suis alors j'ai répondu oui, j'ai cru qu'il allait mourir d'une crise cardiaque donc je suppose que ca ne lui plait pas.

_________________
Membre éminent des Cerises Cannibales
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
✗Furet de compet albinos



✗ Ma maison c'est : Serpentard
✗ On dit de moi que : je suis populaire, agaçant, orgueilleux mais carrément génial \o/ (ça, c'est moi qui le dit).
✗ Pour le moment je suis : polygamie hebdomadaire. Pour plus de renseignements, rejoignez-moi dans la salle sur demande entre 21h et 0h.
✗ Je suis un : sang-pur. Ca ou autre chose, honnêtement..
✗ Et j'ai : seize ans.
✗ Actuellement je : vais postuler pour entrer dans l'équipe de Quidditch de Serpentard, avant d'aller raconter la soirée d'hier à Bubus 8D
✗ Mon double maléfique est : inexistant pour le moment.

MessageSujet: Re: Au coin du feu   Dim 30 Oct - 12:57

    "...le mollusque t'emm.... Scorpius."
    "Charmant, Al', vraiment. Si c'est de cette manière que tu t'adresses aux demoiselles, je comprends qu'elles se passent de ta compagnie. On passe le plus clair de notre temps ensemble, et le chef-d'oeuvre de la nature que je suis ne déteint toujours pas sur toi. Serais-tu un cas désespéré ? J'ai peur, Albus Potter. Peuurr de l'aveniirr, tonn aveniirr !" souffla-t-il au miroir vers lequel il était toujours tourné, mêlant un faux accent écossais au sien pour mystifier la prophétie.


    S'il n'en pensait pas un quart, le sorcier se plaisait à feindre un mépris exacerbé en compagnie de son ami, dont les manières n'étaient en réalité pas plus abruptes que les siennes, voire même plus -trop ?- modérées. Il gardait généralement pour lui toutes les observations qu'il pouvait se faire au cours de la journée, alors que l'autre en faisait profiter toute l'assemblée; c'était pourquoi, une fois rentré dans un cercle plus intime, le blond ne constatait aucun changement dans sa manière de s'exprimer alors que le brun ne cherchait plus à contrôler le flux de parole qui lui traversait l'esprit. Ayant misé toute la concentration dont il disposait dans son reflet, Scorpius n'entendit ni ne vit les dix mille signaux de réticence/seconde envoyés par Albus. La seule chose à laquelle il prêtait attention, c'était cette mèche de cheveux rebelle qui lui donnait l'air d'un clown, et dont il fallait absolument qu'il s'occupe. Les mots lui sortaient naturellement de la bouche, sans nécessiter qu'il les surveille, à la manière d'une leçon qu'il aurait apprise par coeur. Quand il fut satisfait de l'image que lui renvoyait le miroir, Albus commençait déjà à se défendre comme il le pouvait des accusations du blond. Celui-ci ne comprenait pas cet acharnement à nier l'évidence, à toujours prendre ses remarques au pied de la lettre.

    Cela faisait maintenant deux ans qu'il vivait avec l'hibernation quasi-constante du fils Potter, et il s'était finalement surpris à abandonner le combat : jamais il ne réussirait à l'insérer socialement, c'était peine perdue, il fallait l'accepter. Malgré tout, une expression entremêlée de joie et de surprise passa sur son visage quand, s'étant juste affalé sur un fauteuil voisin, la mention d'une bagarre avec James l'atteignit. D'ordinaire discret, peu enclin à se faire montrer, Albus ne cachait pas l'agacement que lui inspirait son aîné mais n'aimait pas spécialement créer des esclandres au beau milieu du hall, et se contentait de fomenter, avec Scorpius, des attaques en traître qui lui assuraient plus ou moins l'anonymat. Avoir collé son poing dans la tête de demeuré de James était donc un exploit et il lui semblait qu'il fallait fêter cet évènement comme il se devait, c'est-à-dire avec des filles et de l'alcool - à la manière dont l'entendait Scorpius, en tout cas. Mais comme il était tard, que Poudlard était une zone sinistrée pour quiconque cherchait à faire la fête et qu'Albus aurait détesté ça, le jeune homme abandonna bien vite son idée et se recentra sur la victoire de son ami, qui même une fois la nouvelle passée demeurait invraisemblable.

    Il n'était pas faux de dire que ce jour-là, les activités en plein-air avaient complètement bouché son emploi du temps et qu'il était entré au château en coup de vent, le matin et le midi, avant de retourner s'atteler aux pénibles tâches qu'on lui supposait. Pourtant, une nouvelle comme celle d'un combat entre les frères Potter n'aurait pas pu lui échapper, même s'il avait été échoué sur une île gelée aux confins de l'Islande et qu'on l'avait rendu sourd. Il se sentait des yeux et des oreilles partout, comme s'il était partout, que rien ne lui échappait jamais; être dispensé d'une telle information le blessa dans son amour-propre, et il jura de faire payer cet affront aux commères qui, cette fois-là, avaient bâclé leur travail. Bien vite, un élan d'auto-satisfaction vint cicatriser la plaie laissée quelques secondes auparavant : après son fait d'arme, Al' avait enchaîné avec la rencontre d'une fille, sur laquelle il avait malheureusement trop d'impressions positives. Une jolie brune aux yeux verts qui mériterait qu'on l'émascule, lui ? Même Mrs Malefoy n'en était pas là ! Alors une serdaigle qui, de plus, s'intéressait à Albus... Ca n'augurait strictement rien de bon, surtout s'il s'agissait de celle dont il s'était débarassée quelques jours plus tôt qui, bien qu'étant assez jolie, passait sa journée à la bibliothèque et faisait le rêve absurde de travailler un jour chez Gringotts.

    "Alors comme ça, on se donne en spectacle avec son analphabète de frère, hein ? Evite, la prochaine fois, surtout si c'est pour faire enfler des rumeurs pareilles. Tu sais ce qu'on raconte ? Que tu t'es enfui en pleurant comme Mimi Geignarde et qu'en plus, tu as menacé cet ignoble crétin de prévenir ta maman. D'habitude, je n'en crois pas un mot, mais avoue que les faits, rapportés de la sorte, sont troublants..."

    Cette rumeur lui avait été indirectement rapportée par des bruits de couloirs, en descendant dans la salle commune, et il ne faisait aucun doute qu'elle prenait sa source chez les Gryffondor. Malgré tout, il y avait une certaine vraisemblance, un microcosme établi entre la tension générale qui subsistait entre les deux frères et l'altercation survenue cette fois-là. Quoiqu'il décidait de faire, Albus était très souvent moqué et ne trouvait de supporters qu'auprès des mères-morale de Poudlard, qui, par habitude plus que par indignation, le défendait comme elles pouvaient. En revanche, James pouvait se prendre trois raclées d'affilée sans que sa côte de popularité ne baisse d'un pouce ou qu'aucune histoire ridicule ne paraisse à son sujet. C'était ainsi, il faudrait s'en accommoder, Scorpius avait hérité de la brebis galeuse des Potter, celle à qui tout le monde prêtait de maléfiques intentions alors qu'en réalité, une certaine sensibilité le confrontait à bon nombre de petits malheurs qui l'affectaient, parfois peut-être plus qu'un autre. Avoir cette impression d'omniscience sur quelqu'un était plaisant pour le jeune serpentard, mais aussi inquiétant et générateur d'angoisse : si lui avait appris à décoder ainsi son meilleur ami, en était-il de même à l'inverse ? Avait-il une idée de ses failles, de ses craintes ? Peut-être, peut-être pas, il n'avait de toute façon rien à cacher. Les secrets se payaient toujours très cher et malgré les sommes astronomiques qui reposaient dans ses coffres au trente-sixième dessous de la soute aux gobelins, il ne se considérait pas assez riche pour en avoir; mieux, il répondait à la moindre question le concernant et s'efforçait de réduire un maximum l'étendue de son jardin secret, où quelques sentiments cherchant à se faire oublier erraient, éternellement bridés, et dont les barrières ne présentaient aucun défaut.

    En y réfléchissant plus attentivement, il y avait bien une chose qu'il souhaitait dissimuler à la vue d'Albus, rien qu'une : sa pseudo-passion pour Lily. Jouer avec les nerfs de James ne le gênait pas, éprouver la résistance de sa cadette non plus, mais risquer un ami, c'était autre chose. Pas au nom de l'amitié, simplement parce que le jeu n'en valait pas la chandelle. Une question de business, de balance, de poids. Et s'il pouvait s'éviter d'avoir à faire un choix, même si cela voulait dire omettre une partie de la vérité à Albus, ça ne lui posait aucun problème. Après tout, tomber amoureux, ça pouvait arriver à n'importe qui, même si c'était d'une rousse, avec un caractère exécrable, une répartie à pleurer et une voix de canard-ragondin en pleine mutation.

    " [...] à William. J'ai donc passé deux heures à la bibliothèque en compagnie de ce très beau jeune homme ce qui a encore..."
    "William ? William Nott ? Willy? Tu dois vraiment être fatigué, Al'. Willy, c'est pas un "très beau jeune homme", c'est Willy, c'est tout. Arrête ça, je vais finir par avoir peur de partager ton dortoir, vieux. Quand j'pense que l'autre blaireau te prend pour un.. Enfin... J'aurais payé cher pour voir sa tête, sérieusement."

    À ses yeux, il était évident qu'Albus avait fait ça dans l'intention de jouer un mauvais tour à James, volontairement ou non, car il n'aurait pas été surprenant qu'à la réalité, il n'ait aucune idée de la signification de "en être". La vie sentimentale de ce dernier était un puits sans fond, et la simple image d'un Albus en couple laissait Scorpius sans voix; croire qu'il puisse avoir une orientation différente de la grande majorité, pour lui, c'était du grand n'importe quoi.






_________________
    Excentriquement vôtre,
    Scorpius Hyperion Malefoy.


    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé¨




MessageSujet: Re: Au coin du feu   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au coin du feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le bon coin
» Colline de coin de table
» MC : nombre de "coin" selon le nombre de joueur
» [RP][Petit Coin des Artisans] Les charpentiers.
» Soirée au coin du feu {PV Cassy} [Autres pouffy en PNJ]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Specialis Revelio :: Hogwarts :: 
Dungeons & Bassements
 :: Salle commune des Serpentard
-